CRANE (W.)


CRANE (W.)
CRANE (W.)

CRANE WALTER (1845-1915)

Illustrateur anglais, né à Liverpool. Fils d’un portraitiste qui encourage très tôt son fils à la peinture, Walter Crane s’amuse à treize ans à décorer des livres d’encadrements floraux et d’initiales ornées; son père le présente au graveur londonien William Linton chez qui il fait son apprentissage et qui participe à l’extraordinaire essor de la gravure sur bois. Le garçon y développe ses dons pour la décoration, étudie la gravure de Dürer et l’art japonais tout en s’intéressant à l’école des préraphaélites. La rencontre avec Edmund Evans, imprimeur spécialisé dans la production en couleurs, est décisive pour sa carrière: celui-ci comprend très vite que le talent et l’imagination de Crane seraient employés idéalement à l’illustration de livres pour enfants à propos desquels de grandes maisons d’édition se livraient à une concurrence stimulante, dans les années 1860. Crane s’engage à fond dans cette voie en élaborant pour Evans de créatifs toy-books , minces livrets de huit pages en couleurs consacrés au répertoire de contes, alphabets et nursery rhymes . Produits au rythme de trois par an, ses albums, soignés, imaginatifs et séduisants, lui apportent la renommée. Il travaille sous la direction technique et artistique d’Evans qui collabore avec les éditeurs F. Warne, M. Ward et surtout Routledge dont les collections Six Penny Toys Series ou Shilling Series se vendent très bien. L’artiste trouve l’occasion idéale de mettre en application ses idées précises sur la perception de l’image par l’enfant, sur les responsabilités de l’illustrateur vis-à-vis de l’imagination enfantine, stimulée par les couleurs vives, une ligne expressive et la représentation symbolique; il insiste aussi sur le rôle de l’humour et du pathos.

Crane excelle dans les histoires en images (Perrault, Les Mille et Une Nuits , le folklore enfantin anglais...) qu’il présente de façon novatrice. Le texte très court, traité en bloc typographique encadré d’un filet noir et inclus dans l’image, devient ainsi un élément de la composition; le motif narratif est utilisé à une fin décorative, tel le chat de Puss-in-Boots (1874), dont la forme sombre et stylisée structure l’espace visuel par sa triple apparition sur la même page; la couleur enfin n’est pas un simple faire-valoir du graphisme mais devient un fondement de la conception esthétique de l’objet-livre: les coloris utilisés par Crane, bleu ciel, jaune citron, vermillon et vert prairie, cernés par des contours noirs, participent davantage à la conception décorative du vitrail qu’à une volonté de représentation réaliste. Aussi les livres que Crane illustre en noir et blanc, s’ils témoignent d’une maîtrise de la ligne (par exemple le frontispice des Household Stories de Grimm, 1882, ou, dans le même volume, la planche consacrée à Rapunzel , d’un lyrisme sophistiqué), sont-ils beaucoup moins attractifs que les petits toy-books où chaque élément, révélateur d’un savoir-faire, fait partie d’un tout: rien n’est gratuit dans cette élaboration de l’objet-livre qui attribue une fonction à la couverture, aux ornements de la page de garde, à la double page du milieu.

En artiste accompli, Crane s’intéresse aux divers aspects des arts décoratifs: tissu, céramique, tapisserie, vitrail, papier mural, décoration intérieure, etc. Il souligne en théoricien l’importance du choix du matériau, s’insurge contre le monopole du goût français Second Empire, lourd et volumineux, qui dominait alors dans l’agencement des appartements et le choix du mobilier. Ainsi prend-il avec William Morris la tête du mouvement Arts and Crafts qui réunit d’éminentes personnalités telles que Ruskin et Burne-Jones et prône le rétablissement du rôle déterminant de l’artisan dans la société. On essaie alors de retrouver les anciennes traditions du gothique anglais et Crane, à la manière de la gravure médiévale, s’exprime par une ligne forte et noire — ce qui entraîne une tendance à des formes statiques. On peut observer l’éclectisme de ses goûts en matière de décoration dans la représentation de scènes d’intérieur foisonnantes de détails: la double page de The Sleeping Beauty ou celle de The Frog Prince (1874), où abondent mobilier, vaisselle et tissus, témoigne des influences antiquisante (poterie grecque), japonaise et Renaissance. Parfois la lisibilité de l’image en est altérée comme dans Beauty and the Beast ou The Yellow Dwarf quand trop de lignes ornementales se juxtaposent et que l’œil se perd dans la surabondance des motifs. Cependant l’image reste presque toujours belle grâce à l’utilisation heureuse des symboles (le pavot rouge signifiant le sommeil dans le palais de la Belle au Bois dormant) et des coloris limpides traités en à-plats spectaculaires.

Sous l’influence de Morris, Walter Crane participe avec enthousiasme au socialisme dont il est l’artiste le plus actif, ce qui le propulse à une célébrité internationale: sa signature — rébus d’une cigogne — devient un signe partout reconnu. En 1878 il est pressenti (vainement) par Lewis Carroll pour l’illustration de Sylvie and Bruno , car l’écrivain ne supporte plus la collaboration de Tenniel, son illustrateur. En 1891 il accompagne une exposition itinérante de ses œuvres aux États-Unis, où il constate avec surprise que ce «pays libre» n’admet pas ses idées avancées; la rencontre avec d’éminents collègues, dont Howard Pyle, le console cependant. À sa mort, en 1915, ses ouvrages et ses théories sont propagés dans toute l’Europe et ont inspiré les nouvelles générations de créateurs.

Le meilleur de son œuvre reste les modestes toy-books dans lesquels il livre des images d’une fraîcheur et d’un charme tels qu’on l’a surnommé le «père des albums pour enfants». La trilogie de fables et de chansons pour les petits — The Baby’s Opera (1877), Baby’s Own Bouquet (1878), The Baby’s Own Aesop (1887) — reste un modèle du genre, plein d’inventions, que ce soit par la structure de l’image où l’inspiration malicieuse des motifs en bandeaux corrige la rigidité des dessins en pleine page, par l’écriture typographique (titres, paroles des chansons) utilisée en ornement, ou par le détail qui contribue à l’effet décoratif de l’ensemble. Comme ses contemporains Kate Greenaway et Randolph Caldecott, Walter Crane est un véritable novateur dans l’art de l’illustration pour les enfants à qui, quelques années plus tard, un maître comme Boutet de Monvel sera largement redevable.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • CRÂNE — Le crâne des Vertébrés est un édifice squelettique complexe, qui se développe autour du cerveau et des organes sensoriels spéciaux de la région céphalique. Il prolonge la colonne vertébrale et constitue avec elle le squelette axial. Le crâne… …   Encyclopédie Universelle

  • Crane — or cranes may be: Crane (machine), an industrial machinery for lifting Container crane, a machine for lifting intermodal containers Crane (railroad), a crane suited to use on railroads Crane (bird), a large, long necked bird Paper crane, an… …   Wikipedia

  • Crane — ist der Familienname folgender Personen: Arthur G. Crane (1877–1955), US amerikanischer Politiker Ben Crane (* 1976), US amerikanischer Golfspieler Bob Crane (1928–1978), US amerikanischer Schauspieler Conrad Crane (* 1950), US amerikanischer… …   Deutsch Wikipedia

  • Crane Co. — Crane Co. headquarters in Stamford The Crane Company (NYSE: CR) is an American industrial products company based in Stamford, Connecticut. Founded by Richard Teller Crane, the company is best kno …   Wikipedia

  • Crane & Co. — Crane Co., Inc. Type Private Industry Paper Founded Dalton, Massachusetts, U.S. (1801) …   Wikipedia

  • Crane — (kr[=a]n), n. [AS. cran; akin to D. & LG. craan, G. kranich, krahn (this in sense 2), Gr. ge ranos, L. grus, W. & Armor. garan, OSlav. zerav[i^], Lith. gerve, Icel. trani, Sw. trana, Dan. trane. [root]24. Cf. {Geranium}.] 1. (Zo[ o]l.) A wading… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Crane — Crane, Poole Schmidt Saltar a navegación, búsqueda Crane, Poole Schmidt es una firma de abogados ficticia ubicada en Boston, Massachusetts la cual es el escenario de la serie de televisión Boston Legal, creada por David E. Kelley a partir de la… …   Wikipedia Español

  • CRANE (H.) — CRANE HART (1899 1932) T. S. Eliot, auteur de la sombre Terre Gaste , trouva les moyens spirituels de survivre à sa pessimiste vision; Crane, qui la voulait renverser en un vaste péan d’affirmation, n’y parvint point: c’est en sautant dans la mer …   Encyclopédie Universelle

  • Crane — Crane, IN U.S. town in Indiana Population (2000): 203 Housing Units (2000): 112 Land area (2000): 0.119030 sq. miles (0.308287 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.119030 sq. miles (0.308287 sq. km) …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • crâne — CRÂNE. s, m. Le têt de l homme et des autres animaux, l os de la têteide l homme, qui contient le cerveau. La capacité du crâne. Les sutures du crâne. Les trous, la cavité du crâne. La partie antérieure, la partie postérieure du crâne. Les deux… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798